THink AND DO Tank

Réservoir d'idées et d'actions

Parce que nous sommes dans une société nouvelle dont nous ne sommes plus seulement spectateurs mais avant tout acteurs, réalisateurs et producteurs, la Fondation des Transitions agit en accélérateur d'idées et d'actions, à la convergence de grandes transitions sociétales.


Actualités & agenda

Stop à l'exclusion énergétique

Venez nombreux le 5 septembre au Palais Brongniart pour sortir 1 million de personnes de la précarité énergétique

Pré-inscription sur lien : https://bit.ly/2LXhjBE

Plus de 5 millions de foyers ont en France des difficultés à payer leur facture d’énergie. Se chauffer, s’éclairer et se déplacer constituent pourtant des besoins essentiels. Parmi ces ménages, un certain nombre est en situation de totale pauvreté énergétique : locataires ou propriétaires, ils n’ont pas les moyens de faire face à leurs charges. Au-delà du confort, cette difficulté entraîne bien souvent des problèmes de santé (y compris l’été), un abaissement de la capacité à être embauché ou à poursuivre une activité professionnelle, un délitement du lien social, des difficultés scolaires pour les enfants. Ces exclus vivent dans des habitats aux systèmes de chauffage anciens, peu économes, particulièrement pollueurs, voire dangereux. La question n’est pas qu’économique et environnementale, elle interroge la société sur une notre de seuil minimal de niveau de qualité de vie juste et digne.

Il n’y a pas de solution miracle. Les dispositifs existants de « chèque énergie », « chaudière à un euro », « ampoules LED » ou « isolation gratuite des combles » produisent leurs premiers résultats, mais pas assez vite. La priorité est à l’accélération d’une approche globale d’accompagnement qu’il ne faut pas réduire à l’expression « passoires énergétiques ».

 

La volonté du gouvernement de se mettre rapidement en action a été confirmée par le Premier Ministre dans sa déclaration de politique générale le 12 juin 2019. Nous nous associons pleinement à cette déclaration d’urgence nationale, mais cela ne concerne pas que les politiques nationales. Nous affirmons que nous ne sortirons un million de personnes par an de la précarité énergétique agissant collectivement à très grande échelle. Chacun – citoyen, élu ou agent des territoires, chefs d’entreprises et salariés, financiers, chercheurs, enseignants, responsables associatifs – pouvons/devons en partant de ce qui se fait de bien mobiliser, structurer les financements, former, innover, inventer de nouvelles technologies, changer les comportements.

 

De nombreux acteurs des acteurs des territoires, de la solidarité, de l’écologie et de l’économie se réuniront avec tous ceux qui voudront rejoindre l’initiative le 5 septembre 2019, accueillis par le Forum mondial Convergences.

 

Contact : gilles.berhault@gmail.com +33 6130 60 49 44

 

Pré-inscription sur lien https://bit.ly/2LXhjBE

0 commentaires

Université d'été de la Fondation des Transitions

Des indicateurs aux indices

Du 26 août 2019 à 17h au 27 août 2019 à 17h

CapScience, Quai de Bacalan - 33300 Bordeaux ( Arrêt Cité du vin)


24 h pour comprendre, découvrir, partager, débattre, rencontrer

 

24 heures pour découvrir, réfléchir collectivement, élaborer des plans d’action, rencontrer, créer des communautés, rendre visible…

Comme chaque année, la Fondation des Transitions organise son Université d'été  les 26 et 27 août 2019 à CapScience à Bordeaux avec pour thème « Des indicateurs aux indices - Quels outils de mesure ? Quelle utilisation dans la communication ? »

 

Ce format riche en échanges et en convivialité est l'occasion idéale :

  • de mettre en débat et enrichir les travaux des labs thématiques du think-tank
  • de réunir une très grande diversité d’acteurs.rices issus de types d’organisations très différentes de l’économie et des territoires, de la science et du monde associatif (et ESS)
  • d'assister à des pitches (mini-conférences) d’experts, de responsables publics et privés, de porteurs d’expériences originales, de responsables académiques, d’artistes…
  • de vivre un temps collaboratif pour une production collective au service de l’intérêt général
  • d'apporter une visibilité à tous ceux qui agissent, dont les membres de la Fondation

Le changement d’échelle dans l’action au service de l’intérêt général ne peut se faire qu’à la convergence du numérique, du développement durable et des nouvelles gouvernances. Chaque année depuis 2003, La Fondation des Transitions organise une Université d’été avec une centaine de « transitionneurs » des territoires, de l’économie, de la recherche et de l’action sociétale pour réfléchir aux grandes évolutions… le fil rouge de son Université d’été 2019 sera « des indicateurs aux indices », dans une démarche globale très participative, capable de croiser prospective et cas concrets enrichissants. 


Participation limitée aux 100 premiers inscrits


Télécharger
Téléchargez le programme de l'Université d'été 2019 de la Fondation des Transitions
Programme Université d'été 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 316.9 KB
Télécharger
Découvrez les intervenants de l'Université d'été de la Fondation des Transitions
Bio Intervenants Université d'été 2019.p
Document Adobe Acrobat 621.0 KB
Télécharger
Plan d'accès de l'Université d'été de la Fondation des Transitions
Plan d'accès.pdf
Document Adobe Acrobat 120.6 KB
0 commentaires

Les intervenants de la conférence du 26 juin 2019 : "Quelles ressources pour assurer la transition juste ?"

Stéphane AVER

Stéphane Aver (Paris I – Panthéon Sorbonne / banque - monnaie - finance) dispose de plus de 25 ans d'expérience dans l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies d’innovation de rupture dans le domaine des technologies zéro carbone.

Il fonde en 2006 la société Aaqius, PME spécialisée dans la création de standards technologiques bas carbone pour la mobilité et l’énergie 

Les succès mondiaux s’enchaînent, filtre à particules, SCR Adblue, SCR Solide, etc... 

Mais face à la menace mondiale du réchauffement climatique, le défi n’est plus à la même échelle. La réponse aussi, avec le lancement à la COP21 à Paris du nouveau standard d’Aaqius baptisé STOR-H, clé technologique de la filière hydrogène qui ambitionne d’être le nouveau standard d’énergie pour la mobilité verte au niveau mondial. En 2016, il  lance AALPS Capital, une société de gestion (SGP) agréée par l’AMF et dédiée au ZERO CARBONE, dont le 1er fonds d’investissement international H-MOBILITY Fund1 (SLP) vient d’être lancé pour accélérer le déploiement de la filière hydrogène vert pour la mobilité.

Daniel BAUMGARTEN

Daniel Baumgarten est le Directeur du développement durable de Séché Environnement. Diplômé des Hautes Etudes Commerciales (HEC) et titulaire d'un DES Comptabilité Finances, il a été occupé de nombreuses fonctions, notamment :

. Auditeur du Collège des Hautes Etudes du Développement Durable (CHEDD)

. Professeur associé des Universités

. Administrateur de la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité et membre de son Conseil d’Orientation Stratégique

. Président du Conseil d’Orientation du Centre de Formation au Développement Durable et à l’Environnement (CCI France)

. Membre du Comité National de la Biodiversité auprès du ministère de la transition écologique et solidaire

. Membre des commissions Biodiversité du MEDEF et des associations Entreprises pour l’Environnement (EpE) et OREE

. Président du groupe de travail « Reporting RSE » de l’association OREE et membre de la commission RSE du MEDEF

. Chargé de cours développement durable et/ou déchets à Agro ParisTech, IAE Toulouse, Université de Nantes

 

Gilles BERHAULT

Gilles Berhault est délégué général de la Fondation des Transitions.  Après avoir travaillé dans la culture (comédien), l’interactivité puis dans la communication, Gilles Berhault équilibre aujourd’hui son temps entre des missions de conseil sur l’accompagnement des transitions liées au climat énergie, au développement durable, à la communication et au numérique… et un fort engagement associatif.  

Il est également conseiller spécial et porte parole du Forum méditerranéen, MedCOP Climat et donne des conférences sur les transitions sociétales et anime tables rondes, groupes de prospectives ou de parties prenantes. Il a été président du Comité 21 pendant deux mandats, ainsi que président du Club France Développement durable, et a piloté la mise en œuvre de Solutions COP21 qui a investi le Grand Palais du 4 au 10 décembre 2015.

Il a en 2012 présidé le Pavillon de la France au Brésil lors du Sommet de la terre RIO+20, coordonnant toute la programmation, en étant son porte parole. Il a assuré pendant 4 ans une mission permanente de conseil en développement durable de la direction scientifique de l’IMT (Institut Mines Telecom).

Il a notamment animé un think tank sur la contribution du numérique au développement durable et l’efficacité collective.  Il intervient régulièrement dans des panels ou en tant que conférencier. 

Nathalie BOYER

Nathalie BOYER, Ingénieur agronome, est depuis 2010 Déléguée générale d’ORÉE, association multi-acteurs créée en 1992 et investie sur 3 priorités – Biodiversité et économie ; Économie circulaire ; Reporting RSE et Ancrage local des entreprises (www.oree.org).

En octobre 2017, elle est nommée « Ambassadrice de l'économie circulaire » par le ministère de la Transition écologique et solidaire auprès de l’ancien ministre d’État Nicolas Hulot et sa secrétaire d’État Brune Poirson dans le cadre de la Feuille de route économie circulaire (FREC), pour animer la consultation, formuler des préconisations et contribuer à la diffusion des meilleures pratiques auprès des citoyens, élus et entreprises. Dans le cadre de sa mission, Nathalie BOYER a co-présidé l’atelier de la FREC « Consommation et production durables » et préside actuellement le groupe de travail transversal « Compétences - Formation ».

Pour l’association ORÉE, elle a notamment en charge l’élaboration et le pilotage technique et financier de projets à destination des ministères, entreprises et institutionnels, la définition de la stratégie et la mise en place de partenariats avec des institutions françaises et européennes ainsi que l’organisation de manifestations nationales et internationales.

L’expérience et la force de propositions d’ORÉE étant fortement reconnues, Nathalie BOYER est aussi sollicitée lors de consultations et auditions nationales (Assemblée nationale, Ministères, Régions, CESE, CESER, Ville de Paris) permettant ainsi l’expression des préoccupations des membres de l’association et la formulation de propositions au niveau institutionnel. Elle est membre de conseils d’administration (Institut National de l’Économie Circulaire, Décider Ensemble...) et de commissions telles que la Plateforme nationale RSE rattachée au premier ministre, le comité de pilotage des États Généraux de la Ville de Paris ou la coalition internationale « Économie circulaire et climat » du Sommet Climat Chance.

 

Nathalie BOYER est Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’honneur.

Benoît CALATAYUD

 

Benoît CALATAYUD est diplômé de Sciences Po et de l'Ecole Centrale de Nantes.

Il a travaillé près de cinq ans à la Commission de régulation de l'énergie, principalement sur les sujets tarifaires et sur la régulation des gestionnaires de réseaux.

 

Il a rejoint en octobre 2018 Bpifrance en tant que responsable transition énergétique à la direction de l'innovation. Il est également cofondateur du think tank PEPS et coordinateur de l’Observatoire de la transition énergétique et sociale de la Fondation Jean-Jaurès.

Sophie GALHARRET

 

Sophie Galharret est responsable de la division RSE au sein de la Direction de la Stratégie de GRDF, principal distributeur de gaz naturel en France. Elle se consacre depuis plus de douze ans aux enjeux du développement durable en occupant des postes chez Engie, à l’institut du Développement Durable et des Relations Internationales, chez Suez environnement et enfin GRDF. Elle a développé une expertise des instruments économiques et politiques de transition énergétique, au niveau international, européen et territorial.  Elle anime aujourd’hui la dynamique d’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans tous les métiers de l’entreprise et contribue à la transformation du distributeur sur deux axes majeurs : l’intégration des gaz renouvelables dans le réseau et la création d’innovation sociétale et de valeur partagée dans les territoires.

Bettina LAVILLE

Bettina Laville, présidente et fondatrice du Comité 21, Conseillère d’État honoraire

 Domaines de compétences :

- Conférences internationales sur le développement et le développement durable

- Objectifs du développement durable

- Climat, adaptation au changement climatique

- Biodiversité

- Politiques nationales

Droit de l'environnement et histoire de l'environnement

- Ville et Croissance verte

 

Conseiller d’Etat, docteur en lettres, lauréate de Sciences Po et ancienne élève de l’ENA,

Bettina Laville est présidente et fondatrice du Comité 21, directrice de rédaction de la Revue transdisciplinaire Vraiment Durable et membre de la section française du Club de Rome.

Elle a été directrice de cabinet de Brice Lalonde, puis conseillère sur les questions d’environnement auprès de deux Premiers ministres, Pierre Bérégovoy puis Lionel Jospin, et du président de la République François Mitterrand. A ce titre, elle fut responsable de la préparation des conférences de Rio, Kyoto et Johannesburg.

Elle a été conseillère pour l'Europe de l'Ouest de l'UICN (Union internationale de conservation de la nature) de 1996 à 2001 et a organisé pour le Gouvernement français le 50ème anniversaire de l'UICN en 1998.

Elle a créé le Festival du film de l’environnement en 1982 et est cofondatrice du Festival des Nouvelles Explorations depuis 2016.

Elle a fondé le Comité 21 en 1995, et y a lancé la revue Vraiment durable en tant que directrice de la rédaction. Elle a présidé le conseil scientifique de Solutions COP 21 initié par le Comité 21 lors de la COP 21 en 2015.

Elle a été cinq ans avocate associée en charge du développement durable dans un cabinet d’avocats international.

Enseignante à Science Po pendant 10 ans, elle a été chargée de plusieurs rapports sur l'environnement en particulier lors du Grenelle de l’Environnement et de la Conférence environnementale, et auteur de nombreux articles ; elle est coauteur de « Villette Amazone » (1996), a publié, en 2002, « La machine ronde » et a cosigné Développement durable - Aspects stratégiques et opérationnels (2011, EFL), et avec le CNRS, « Quelles solutions contre le réchauffement climatique ? » (2015). Toujours avec le CNRS, elle publie en octobre prochain « L’adaptation au changement climatique, une question de sociétés ». - bettina.laville@comite21.org 

Dr Nicolas MAZZUCCHI

 

Nicolas Mazzucchi est chargé de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique, en charge des domaines énergie, cyber et matières premières. Docteur en géographie économique, qualifié aux fonctions de Maître de conférences, il travaille depuis de nombreuses années sur les questions de géoéconomie de l’énergie, de lien entre les couches technique et sémantique du cyberespace ainsi que sur les interactions cyber-énergie.

Auteur de "Energie, ressources, technologies et enjeux de pouvoir" (Armand Colin ; 2017) et, avec F-B Huyghe et O Kempf, de "Gagner les cyberconflits" (Economica ; 2015), il intervient auprès des autorités françaises et internationales (UE, OTAN, ONU). Conseiller scientifique de Futuribles International, auditeur de la 25e promotion de l’Ecole de Guerre, il enseigne à Sciences Po Paris et au sein de l’Enseignement militaire supérieur.

Alain MESTRE

 

Alain Mestre est Consultant senior chez Syndex, spécialisé dans le conseil aux comités d'entreprise dans le cadre du droit social français depuis 1993. Il apporte des services de conseil aux acteurs sociaux européens (organisations syndicales européennes, comités européens de dialogue social sectoriel) et aux institutions européennes. Il étudie notamment les impacts du changement climatique sur l'emploi et le travail dans le cadre de la politique climatique et énergétique. Il coordonne notamment les études, enquêtes et assistances techniques pour le compte de Syndex ainsi que le suivi de la COP 21 où il traite des questions de l’implication des syndicats dans la nouvelle gouvernance pour lutter contre le changement climatique et la transition énergétique.

 

Gilles PENNEQUIN

Gilles Pennequin est Conseiller senior du Commissaire à l’Information Stratégique et à la Sécurité Economiques au Ministèrede l’Economie et des Finances, il est le correspondant du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Egalement Vice-président du FITS (Forum International des Technologies et de la Sécurité présidé par Alain Juillet), il défend  la prise en compte des enjeux globaux de la transition écologique et sociale dans les politiques de souveraineté et de sécurité économiques.

Entre 2008 et 2013 il a été Responsable développement urbain et territorial, économie sociale et croissance soutenable à la mission Interministérielle de l'Union pour la Méditerranée (UpM) rattachée auprès de la Présidence de la République, puis rattachée auprès du Premier Ministre. 

Haut-fonctionnaire du développement durable de la DATAR de 2003 à 2007, il a participé en 2002 à l’élaboration des propositions du Conseil national du développement durable (CNDD) rattaché auprès du Premier ministre. Il fut le Conseiller développement durable de la ministre du logement en 2001. Entre 1992 et 1998, il sera Conseiller “Développement Durable - Relations Internationales” du Président du Conseil Régional Nord - Pas-de-Calais après avoir été élu Conseiller régional écologiste Nord-Pas de Calais. Il a débuté sa carrière en 1986 comme chef de projet développement social des quartiers dans le nord puis responsable d’un centre d’aide à la création d’entreprises à Lens de 1989 à 1996

Hélène PESKINE

 

Helène Peskine est secrétaire permanente du Plan urbanisme, construction, architecture (Puca) aux ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires et créatrice et animatrice de la plate-forme #PEPS environnemental et socialArchitecte et urbaniste en chef de l’État, elle a été précédemment directrice adjointe de cabinet auprès de la ministre Ségolène Royal, et conseillère technique auprès du président de l’Assemblée nationale. Durant dix ans, elle a occupé différentes fonctions de direction de projets et de services au sein du ministère et a contribué notamment aux études sur le réseau de transport du Grand Paris et sur l’aménagement de la région parisienne. Lors des Assises, elle est intervenue sur des cas concrets de mise en sécurité des territoires et des espaces urbains, et elle a insisté sur l’importance d’adapter les mesures aux spécificités des territoires, en anticipant dans la conception des aménagements les risques de long terme, comme les effets du changement climatique sur le littoral. Son approche de la sécurité comporte les dimensions sociales et urbaines, en intégrant l’ensemble des activités sectorielles, en recherchant l’adhésion des élus, et la participation citoyenne : une vision de la sécurité globale qui emporte la dimension humaine de la société de confiance dans laquelle elle s’inscrit.

Navi Radjou

 

Navi Radjou est un conseiller en innovation et leadership basé dans la Silicon Valley.

Affilié à la Judge Business School de l’Université de Cambridge, Navi a fait partie du conseil sur le programme mondial d’innovation du World Economic Forum et écrit pour le site de la Harvard Business Review.

En 2013 il a remporté le prestigieux Thinkers 50 Innovation Award et est intervenu à TED Global 2014. Il est reconnu comme l’une des 50 personnes les plus influentes qui pensent l’innovation en France.

Il est le co-auteur de L’innovation Frugale, Comment Faire Mieux avec Moins, qui a gagné l’Award du meilleur livre 2016 du CMI Management Book.

Conférencier très recherché, il est cité par les médias du monde entier. Franco-Américain d’origine Indienne, Navi vit à Palo Alto en Californie

Yann TOMA

Yann Toma est Président de Sorbonne Développement Durable, structure réticulaire collaborative pour l’innovation de la formation et de la recherche des sciences humaines, juridiques et sociales sur le développement durable qui regroupe aujourd’hui une centaine de chercheurs et mobilise de nombreux jeunes doctorants de toutes les disciplines (45 masters, 16 laboratoires de recherche, 7 écoles doctorales, 11 disciplines). Il est également Artiste-observateur à l’ONU (New York), Professeur des universités à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre titulaire de l’Institut ACTE et directeur du Master in Arts and Vision (MAVI). Il coordonne de multiples projets de recherche liés aux ODD. Son travail croise l’énergie et les réseaux, tout autant que l’éthique. En tant qu’artiste, ses projets expérimentent une redistribution de l’énergie entre l’artiste et ses publics, ce dernier dépendant du public pour produire l’œuvre de sorte qu’elle soit véritablement commune (Dynamo-Fukushima, Grand Palais, septembre 2011 - Human Energy, Tour Eiffel, décembre 2015 – Human Greenergy, Cité interdite de Pékin, octobre 2016 – Organisation des Nations Unies New York 2017) et orientée vers la transformation. Il est membre de l’Institut de Hautes Etudes pour la Science et les Technologies (IHEST) - Ministère de la Recherche.

 

0 commentaires

CONFERENCE « Quelles ressources pour assurer la transition juste ?"

Une conférence organisée par Paris 1 Panthéon Sorbonne (Master MAVI) et la Fondation des Transitions en partenariat avec PEPS (Progrès Environnemental, Progrès Social), Orée et Sorbonne Développement durable

26 juin 2019 de 17h à 19h30

Avec la participation exceptionnelle de Navi Radjou

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Paris 5 - Amphithéâtre OURY (entrée par rue Cujas)


Conférence d’état des lieux et de mise en perspective sur le thème : "Pas de transition écologique sans ressources physiques :  sans eau, sans énergie et sans matériaux ! La maîtrise de ces trois ressources constitue un enjeu stratégique pour la souveraineté économique et la sécurité de la France"


La conférence s’inscrit dans le cadre du cycle annuel de Sorbonne Développement durable avec la Fondation des Transitions. Ces conférences ont pour objet de faire un état des lieux d’un sujet de transition sociétale. Elles réunissent environ 200 acteurs (développement durable, numérique, gouvernance, économie, politique, territoires, académique, médias…).

 

En dépit des catastrophes annoncées lors de conférences internationales par des experts reconnus ; force est de constater qu’à ce jour, les liens entre sécurité économique et sécurité environnementale sont insuffisamment intégrés par les acteurs de l’économie et des territoires. Il y a pourtant des raisons de s’en préoccuper. Sans tomber dans le «collapsus écologique» qui se définit par un effondrement brutal de nos écosystèmes, les rapports s’accumulent pour faire état de la vulnérabilité croissante de nos structures économiques et politiques face à des menaces d’ordre environnemental : bouleversements climatiques irréversibles ; inadéquation croissante entre demande et offre d’eau douce sur les parties les plus peuplées du monde ; raréfaction des métaux et terres rares ; dégradation préoccupante des sols… appauvrissement dramatique du vivant.

 

A l’opposé du catastrophisme éclairé, le positivisme économique tient souvent lieu de doxa pour des conservateurs économiques et leurs relais médiatiques. Ils voient dans le développement du numérique la solution miracle pour traiter tous nos problèmes de transition à venir. Solution qui évite tout simplement de chercher à se projeter dans une réalité possiblement très sombre à 2050, voire à plus court terme.

  

Les 10 milliards d’habitants, que nous devrions être dans 30 ans, devront alors produire, distribuer et consommer autrement et collectivement, sous peine de porter atteinte à l’équilibre écologique de la planète et en définitive à la paix dans le monde. Pour réussir une transformation profonde et très rapide de nos sociétés, qui doit être autant technologique que comportementale et pour le changement d’échelle promu par la Fondation des Transitions. Nous avons et aurons besoin de « ressources » de tous ordres, matérielles et immatérielles. Certaines sont connues d’autres doivent moins.

Le forum n’abordera pas bien évidemment la liste très large des ressources nécessaires pour se nourrir, boire, se loger, se déplacer, se soigner, se chauffer, respirer, accéder à la culture et à l’éducation (voir les 17 ODD) qui seront nécessaires pour faire vivre « dignement » toute l’humanité. Nous avons priorisé trois sujets parce qu’ils sont déterminants pour notre développement économique mais aussi parce que des solutions existent déjà et que leur déploiement peut être accéléré si une alliance opérationnelle et pluriacteurs se met en place rapidement : la disponibilité en eau, en l’énergie et enfin en ressources métalliques (métaux et terres rares).

Il s’agit de trois ressources fondamentales qui conditionnent notre mode de vie, car présentes dans tous les objets du quotidien et qui vont venir à manquer, faute d’anticiper leur rareté. Nous aborderons les différentes dimensions de ces vulnérabilités selon une grille d’analyse, susceptible d’identifier les clés du succès des transitions : financement et modèles économiques, capacités et talents, adaptabilité et acceptabilité, métamorphose numérique, synchronicité des transitions

 


Venez nombreux - Participation gratuite sur inscription

La conférence sera suivie d'un cocktail dans la Sorbonne Art Gallery autour d'une sélection de vins bios et biodynamiques avec dédicace des livres de Navi Radjou.

Télécharger
Téléchargez le programme de la conférence "Quelles ressources pour assurer la transition juste ?"
Programme conference ressources 26062019
Document Adobe Acrobat 928.9 KB

2 commentaires

Europe et valeurs : vers une nouvelle conscience européenne ?

La Fondation des Transitions, l’Observatoire des Valeurs et le World Human Forum organisent le 9 avril 2019 au Goethe-Institut de Paris, avec le concours du Centre Culturel Hellénique, une rencontre sur le thème « Vers une nouvelle conscience européenne ? ».

 

Des personnalités venant de plusieurs pays européens interviendront pour apporter leur éclairage sur ce sujet. Il sera notamment abordé la question des systèmes de valeurs des peuples composant l’Europe, de ce qui forge ces systèmes, de leur influence et de leur rôle dans la cohésion ou la désunion des peuples. On s’intéressera aussi à la façon dont les nouveaux modes de communication et les nouveaux modes de vie et de travail les mettent à l’épreuve.

Programme

17h00  Ouverture par Alexandra Mitsotaki

 

17h15  Valeurs et Europe… interventions de Costas Stamatopoulos (Grèce), Irène Dupoux-Couturier (Fr), Ioanna Zacharaki (Allemagne)

 

18h15  Table ronde : « Nouveaux modes, nouveaux liens, nouveaux enjeux » autour de Gilles Berhault : Anaïs Brood (Fr), Guillaume Klossa (Fr), Sophie Pornschlegel(Allemagne)

 

19h00  Rapport d’étonnement par Michel Taube (Fr)

 

19h10  Table ronde : « La crise de la société européenne, entre reliance et défiance »autour de Carine Dartiguepeyrou, Tomas Björkman (Suède), Elisabeth Humbert-Dorfmüller (Fr), Raymond Van Ermen (Belgique)

 

19h55  Point de vue « Vers une nouvelle conscience européenne ? » par Pier Virgilio Dastoli (Italie).

 

20h10  Conclusion par Gilles Berhault et Carine Dartiguepeyrou


La rencontre sera suivie par un Cocktail Européen

Accès libre sur inscription


0 commentaires